Le pouvoir politique est celui qui vient immédiatement à l'esprit dès qu'on prononce le mot "pouvoir". C'est sans doute parce qu'il est le plus voyant, et en tout cas celui dont les incidences sont les plus visibles dans la vie de tous les jours. Ceci étant, et dans un régime politique qui se veut respectueux de la Liberté (voir la rubrique correspondante), le pouvoir politique est aux mains d'un certain nombre d'individus reconnus (les élus) par les membres de la société (les citoyens).

Ce pouvoir politique se décompose en fait en trois pouvoirs distincts :

  • Le pouvoir législatif qui élabore les lois
  • Le pouvoir exécutif qui exécute et fait respecter les lois
  • Le pouvoir judiciaire qui juge de la bonne exécution des lois et qui sanctionne les contrevants

L'articulation entre ces trois pouvoirs est un des aspects majeurs de l'organisation de la société.

Si les trois pouvoirs se trouvent réunis entre les mains d'un seul individu (autocratie) ou d'un même groupe d'individus (ploutocratie, oligarchie, etc...), cela s'appelle une dictature car c'est le même qui dicte sa loi, qui en exécute et en impose les dispositions, et qui juge le comportement des citoyens par rapport à cette loi.

Nous vivons en France actuellement dans un système qui nous vient des Grecs anciens, qui a été peaufiné par la Rome antique, puis décliné chez nous depuis la Révolution de 1789 sous différentes formes dont essentiellement cinq républiques (du latin res publica : règne du public). Ce système se nomme démocratie (ce qui signifie en grec "gouvernement par le peuple").
Dans notre système, l'organisation du pouvoir politique est schématiquement le suivant :

  • Le pouvoir législatif est entre les mains, au plan national des députés et des sénateurs, et au plan local (régions, départements, communes) des élus locaux (maires, conseillers municipaux, conseillers généraux, conseillers régionaux), élus directement par le peuple au suffrage universel ("tout le monde vote")
  • Le pouvoir exécutif est détenu par un gouvernement dont les membres (les ministres) sont désignés par le Président de la république, lui-même élu au suffrage universel, et responsables de leur action devant les députés qui peuvent les démettre de leurs fonctions (motion de censure ou vote de défiance)
  • Le pouvoir judiciaire est exercé par des magistrats nommés directement ou indirectement par le gouvernement, mais, une fois nommés, indépendants des deux autres pouvoirs (Président, ministres, députés, sénateurs, élus locaux)