Quel bruit assourdissant dans le landerneau politique !.. Y compris la ministre des droits de l'homme qui réagit dans la presse, au mépris du "devoir de réserve" !

Mais, sur le fond, que penser exactement de cette visite ?

  1. Mouhammar Kadhafi est objectivement une crapule, et je pense que personne ne pense le contraire, y compris notre Président
  2. Sa soi-disant "marche vers la respectabilité" n'est que de la poudre aux yeux, et il suffit pour s'en convaincre de l'entendre, avec le culot monstre dont il est capable, légitimer dans certains cas le terrorisme... Non, Kadhafi n'a pas changé, il a simplement besoin de l'occident !
  3. Mais :
  • La croissance occidentale est au ralenti
  • Le chômage, dont on nous dit qu'il régresse, est encore à un niveau insupportable, particulièrement en France
  • La croissance interne, c'est à dire la seule progression du marché intérieur, ne sera qu'une chimère tant que le pouvoir d'achat restera en berne
  • Le pouvoir d'achat ne progressera pas valablement tant que la croissance ne sera pas au rendez-vous. Cherchez l'erreur : nous sommes dans un cercle vicieux, sauf à développer le commerce extérieur
  • La plupart de nos produits sont soit trop chers soit pas assez performants pour séduire les consommateurs étrangers.
    La seule "fenêtre" propice à des exportations significatives, en volume comme en valeur et surtout en termes d'emplois et de pouvoir d'achat, sont dans les secteurs de l'aéronautique et de l'énergie, à commencer et surtout dans celui de l'énergie atomique civile.
  • La chine est riche de son potentiel de développement incroyable.
  • La Lybie est riche de ses pétrodollars
  • Que voulons-nous ?
    Soit nous crisper sur le problème des "droits de l'homme", dont la France prétend être la "mère" historique, et sans aucune concession refuser tout contact avec ces deux pays, comme avec d'autres pour les même raisons, et ce faisant continuer à végéter avec en ligne de mire un flétrissement puis une mort économique certaine, et un chômage qui pourrait possiblement atteindre rapidement les 25 % ?
    Ou bien "aller chercher la croissance avec les dents" selon la formule sarkosienne, et plus prosaïquement commercer avec ceux qui sont solvables ?

Ceci étant, la fin ne justifie pas toujours les moyens, et le faste, la magnificence, voire la veulerie, dont fait preuve la France cette semaine, est à mes yeux aussi inacceptable qu'inutile.
Nous avons besoin des dollars lybiens, mais la Lybie a besoin de nos avions et de nos centrales. Certes, si nous proférions haut et fort à l'égard de son "guide" les critiques justifiées qu'il nous inspire, et si ne faisions que ça, il irait sans aucun doute cherche ses avions et ses centrales dans un autre pays. L'Amérique, quoi qu'elle en dise, ne cracherait pas sur les milliards de dollars dont on parle ici... Mais ne serait-il pas plus sage, et je dirais plus honorable, d'accueillir ce personnage sulfureux avec moins d'allégeance et de servilité ? Mouhammar Kadhafi ne signera pas les contrats uniquement à cause de ce comportement, qui pourtant le ravit et lui sert sans aucun doute à peaufiner son image internationale, mais il les signera surtout parce qu'il a besoin de notre technologie, et il faut le dire aussi, de nos prix de vente attractif, n'en doutons pas !

En résumé, commercer avec la Lybie malgré la personnalité de son leader, Ok ! Mais renier pour ce faire, même si ce n'est pas contenu dans nos discours, nos convictions démocratiques et notre attachement aux  droits de l'Homme, NON... D'autant que ce n'était pas nécessaire.

Un bémol cependant à tout ce qui précède : il s'agit là de la réaction d'un citoyen, et non d'un spécialiste averti.
La raison d'état a ses secrets, bien heureusement, et peut-être me trompé-je complètement sur la latitude qu'avait la France de se comporter autrement.
Si c'était le cas, je ne pourrais qu'en être horrifié, car cela signifierait qu'au plan international, nous ne sommes même plus le nain que nous croyons encore être...